N° de coque : P 634

Mis sur cale : 21 septembre 1943

Chantier : Defoe Shipbuilding Co - Bay City . MI - USA -

Lancement : 15 novembre 1943

Admis au service actif : 13 juillet 1944 / 3 juin 1951

Affectations successives :

3 juin1951 - Saïgon (fmeo.dneo. 7ème Flo.)

1er mai 1954 - Saïgon ( fmeo.dneo. )

Octobre 1955 - Saïgon (deceo)

Dernière cérémonie des couleurs : 1956

Condamné le ?

Coulé ou démoli ? en ?

 

1943. Essais. Great Lakes Institute Photo. Source Bob Daly/PC-1181

 

Pour agrandir les photos, double-cliquez dessus. 

  

Mise au point de René DAUX concernant les indications "officielles" données sur le TRIDENT dans:

"La marine française en Indochine de 1939 à 1955" - Tome IV (Service historique de la marine 1975).

Voici l¹extrait :

TRIDENT : Escorteur côtier ex US PC 1146

Transféré à la marine nationale le 2 mars 1951. En armement à Bremerton jusqu'au 10 avril puis à San Franciso jusqu'au 17 avril date de départ vers l'Indochine avec le GLAIVE.

Escales à Pearl Harbour du 24 avril au 6 mai, Kwadjalein du 12 au 15 mai, Hollandia du 19 au 24 mai, Sandakan du 28 au 31 mai. Arrivée à Saïgon le 3 juin. Indisponible à Saïgon jusqu'au 20 juin.

Annam jusqu'au 20 juillet, indisponible à Saïgon jusqu'au 29 juillet.

Cochinchine et Cambodge jusqu'au 6 août, indisponible à Saïgon jusqu'au 31 août puis Annam.

Golfe du Siam jusqu'au 8 octobre, Saïgon jusqu'au 28 octobre puis Tonkin jusqu'au 20 décembre 1951.

Saïgon jusqu'au 13 janvier 1952 puis Tonkin jusqu'au 28 février puis Saïgon.

Quitte Saïgon le 24 mars vers Singapour, puis exercices jusqu'au 22 avril.

Annam jusqu'au 1er mai puis Saïgon jusqu'au 10 mai puis Annam.

Durant cette dernière période le TRIDENT participe à l'opération Eole à la limite des secteurs Cochinchine-Annam du 14 au 18 mai. Cette opération avait pour but la fouille aussi complète que possible de la région de Xueyen Moc et de ses accès. Le rôle de la marine consistait à assurer le transport, le débarquement et le réembarquement des troupes, à assurer l'appui de feu éventuel aux troupes et à permettre au commandement terrestre d'exercer son commandement à partir d'un bâtiment.

Outre le TRIDENT, participaient à cette opération :

- tenders d'aviation MARCEL LE BIHAN et PAUL GOFFENY,

- LST ORNE et GOLO,

- aviso DUMONT D'URVILLE

- escorteur ANNAMITE,

- un remorqueur,

- deux Grumann Goose de l'aéronautique navale,

- deux commandos JAUBERT et de MONTFORT.

Du 3 au 9 juin, le TRIDENT apporte l'appui de son artillerie au poste de Quang Khé (Annam) attaqué par l'ennemi.

A l'issue de cette période, le 20 juin, le bâtiment entre en grand carénage à Saïgon avec une fin des travaux prévue le 15 octobre 1952. La sortie de grand carénage sera finalement reportée au 15 novembre 1952. ³

Reprenons donc le texte point par point :

Texte ³officiel² Escorteur côtier ex US PC 1146 OUI

Transféré à la marine nationale le 2 mars 1951. En armement à Bremerton jusqu'au 10 avril puis à San Francisco jusqu'au 17 avril date de départ vers l'Indochine avec le GLAIVE. OUI

Escales à Pearl Harbour du 24 avril au 6 mai, Kwadjalein du 12 au 15 mai, Hollandia du 20 au 24 mai, et non du 19 au 24 mai , car le 19 c¹était la passage de la ligne et si vous faites un trait de Kwajalein à Hollandia, vous verrez que la distance à parcourir entre l¹équateur et Hollandia nécessitait une bonne journée 1/2 de navigation.

Sandakan du 28 au 31 mai. Arrivée à Saïgon le 3 juin. Indisponible à Saïgon jusqu'au 20 juin. ( Avitaillement en eau vivres mazout puis remise en état)

 

A partir de là tout est faux.

Nous ne sommes jamais allés patrouiller dans le golfe du Siam.

Notre secteur de patrouille s¹est toujours situé entre la baie de Cam Rahm et le golfe du Tonkin. Une mission durait entre 50 et 60 jours de mer puis retour à Saïgon pour 3 semaines, pour réparations - avitaillement en eau - vivres - munitions et mazout .

Et ainsi de suite.

Seules exceptions à cette règle : un séjour d¹une quinzaine de jours à Singapour à partir du 24 mars 52 en compagnie du Pnom-Penh afin de parfaire, pour le détecteur du Pnom-Penh moi même, notre entraînement à la détection sous-marine avec les équipements de la Base anglaise. (j¹y suis retourné en septembre 52 avec le Mousquet) .

Et un aller-retour à l¹ile de Poulo Condor (camp de prisonnier) pour une mission d¹une nuit dont j¹ignore le but. Seul le Commandant était allé s¹entretenir avec les Autorités de l¹ile

Il semblerait qu¹il y a confusion avec le Flamberge. et ceci, a plusieurs reprises, comme pour l¹appui apporté au poste de Quang Khé (Annam) attaqué par l'ennemi.

Voici ce que m¹écrivait Raymond Hubsch du Flamberge :

"Je joins la citation que la « FLAMBERGE » a obtenue à la suite de la défense des postes de Quang Khé et My Hoa. Cette nuit les viets attaquaient au mortier de 8O mm le poste de MY HOA. Poste de combat toute la nuit du 30 au 31 mai 1952, nous avons vidé nos soutes à munitions. Le 76 n'a pas arrêté de tirer toute la nuit (60 coups)(en mai 1952) Le QM armurier a dû, en cours de tir, changer le canon de 40 mm qui chauffait trop(600 coups tirés). Notre commandant CC HOSTEAU était officier canonnier donc très à la hauteur pour les tirs. Le matin le pont était glissant et encombré de douilles vides. Après cela nous avons transporté 37 blessés français (dont 1 lieutenant) et indochinois dans nos couchettes. La plupart étaient atteints par des éclats de mortier à la tête. Nous avons ramené les blessés à DONG HOI et apprenons que le poste de My Hoa a été pris par les viets et qu'il n'y a qu'un seul survivant. Le poste de BA DONG obligé d'évacuer et il ne restait plus que QUANG Khé sur la rive droite du SONG GIANG. Grâce à mes notes sur mon petit carnet les faits sont précis. . Nous étions à la PENTECÖTE ça tombe bien."

Nous, nous sommes bien venus en aide à un bataillon d¹infanterie en difficulté dans le même secteur, mais comme je le cite, notre intervention a été un échec à cause d¹une mauvaise liaison radio. Nous sommes restés à notre poste de combat toute la nuit, en vain

Quant à l¹opération "Eole" je ne sais pas qui y était, mais ce n¹était pas nous. Par contre, en compagnie du Pnom-Penh, nous avons transporté et participé à une opération du même genre avec un bataillon de la Légion Étrangère. Opération qui n¹a duré qu¹une journée.

Ce qui n¹est pas dit : c¹est la série d¹opérations que nous avons effectuée avec une section de supplétifs vietnamiens, commandée par un sergent commando, pendant plus d¹une semaine.

Le Trident est entré en carénage effectivement. Je n¹en parle pas dans mon récit car je ne me souvenais plus de la date précise. Il est possible que la sortie de carénage soit le 15 novembre 1952 mais il n¹avait pas duré plus d¹une semaine. C¹est au cours de ce carénage que j¹ai eu la plus grande trouille de mon séjour en Indo. Une nuit, armé d¹une mitraillette Thompson, j¹étais de garde et faisais les cents pas sur la porte du bassin de radoub, lorsqu¹arrivant à l¹extrémité, je fis demi-tour et... me trouvais nez à nez avec la patrouille de ronde que je n¹avais pas entendue venir. Je fus tellement saisi que je ne fis qu¹émettre quelques bredouillement . Une fois seul, me rendis compte que si, au lieu de la patrouille j¹avais eu affaire à des viets, je me faisais proprement égorger. Aussi ai-je redoublé de vigilance jusqu¹à la fin de mon quart.

Il y a souvent des erreurs dans les services historiques. Sur un site consacré à la frégate "La Découverte" . J¹ai relevé une confusion entre "La Découverte²"et "La Croix de Lorraine" J¹étais d¹autant mieux placé pour voir la confusion, qu¹à la même date j¹ai embarqué sur les deux frégates à la suite.

 

Il y a quelques années, René a écrit l'histoire de sa vie pour ses enfants et petits enfants. Ce livre à destination strictement familiale comporte quatre chapitres retraçant sa vie de marin.

A ma demande, il a fort gentiment accepté de faire paraître ceux-ci sur cette page et je l'en remercie très vivement.

De temps en temps vous verrez apparaître des coupures"......................." elles correspondent à des parties qu'il a supprimées, celles-ci faisant référence à des faits personnels qui n'intéressent que sa famille.

Chapitre VIII - Toulon ( extraits)

Chapitre IX - l'Amérique

Chapitre X - l'Indochine

Chapitre XI - Brest

 

 

 

 

 

Historique

Insignes

Page Indochine